Récapitulatif de mes 30 premiers articles sur le printemps de la vie

Printemps de la vie

La citation du jour:

L’homme est un travailleur du printemps de la vie, de la graine semée et du sillon creusé, et non le créancier livide du passé. V. Hugo

Récapitulatif de mes 30 premiers articles sur le printemps de la vie

Chers amis,

Une fois n’est pas coutume: je vous propose de faire un petit résumé des 30 premiers articles sur le printemps de la vie. En effet, mon but était de vous faire une visite guidée de nos tout premiers débuts, le vôtre, le mien, celui de nos enfants et de vous faire découvrir la magie de la vie. J’espère que j’ai réussi !

Flickr.com

Maintenant, nous allons aborder cette nouvelle étape qu’est notre périple terrestre et nous accompagnerons ce petit être jusqu’à son âge adulte.

Ma deuxième motivation à vous faire revisiter ce monde de l’enfance est de vous apporter les fruits de mes recherches, connaissances qui nous permettent de mieux comprendre les réactions de nos enfants et ainsi, de pouvoir les élever sans violence, avec bienveillance.

 

Durant ces 30 articles, nous avons parcouru à la vitesse du Concorde ces millions de minutes où se sont passé tant de choses. Néanmoins, mine de rien, je vous ai quand même apporté énormément d’informations

Flickr.com

et une petite répétition ne fera sans doute pas de mal.

Alors, vous êtes prêts ?

Allez, c’est parti !

Un beau jour, il se produit la rencontre la plus improbable qui soit:

une petite cellule flagellée quitte sa maison paternelle pour aller rencontrer, dans un autre corps, un gros ballon des centaines de fois plus grande qu’elle et y forcer l’entrée grâce à deux complices, les protéines Juno et Izumo. Sans elles, point de fécondation !

Je vous parle bien sûr du spermatozoïde et de son amoureuse, l’ovule. Et dès qu’il y est entré,  le spermatozoïde ferme solidement la porte derrière lui en déclenchant une réaction chimique au niveau de la membrane de l’ovule, afin qu’aucun autre ne puisse venir le concurrencer.

Alors, ce sont les embrassades et enlacements de leurs chromosomes qui fusionnent et qui vont déterminer un nouveau code génétique pour ce tout nouvel être. Ce moment s’appelle la méiose.

Talita Zupo

Tout cela se passe dans l’une des trompes de Fallope de la future maman. Il faudra 6 jours pour que cet œuf fécondé arrive dans l’utérus où il va s’implanter pour les 9 mois qui suivent. On appelle ce moment la nidation.

Mais il n’aura pas perdu de temps pour autant. Pendant tout ce temps, il a déjà commencé à se développer en se partageant en de nombreuses nouvelles cellules. Au stade 64 cellules, il ressemble à une petite mûre d’où son nom de morula.

Et puis, par un coup de magie venant de « je ne sais où » elle se creuse en son centre, puis fini par prendre une forme de tunnel. Il s’agit d’une invagination en doigt de gant. Comme c’est le tout début de notre tube digestif, on nomme ce nouvel embryon à ce stade la gastrula. Le passage de morula à gastrula change donc totalement notre avenir: d’un potentiel de bille, l’embryon va dorénavant s’allonger et repasser à toute vitesse toute l’évolution phylogénétique de l’humain, de poisson à têtard, puis d’embryon à fœtus.

Sergeb-Flickr.com

Quelle est la différence entre l’embryon et le fœtus, me demanderez-vous ?

C’est simple: ce nouveau petit être est appelé embryon pendant les 3 premiers mois de la gestation, puis fœtus pour les 6 mois qui suivent. Pourquoi fait-on la différence ?

C’est parce que les 3 premiers mois correspondent à la formation de tous les organes et que les 6 mois suivants leur permettent de se développer et de commencer à se mettre en fonction.

Tout cela est commandé par le cœur et le cerveau. Ce sont donc les deux organes dont je parle dans mes articles. Comme ce blog n’est pas dédié à l’embryologie, c’est volontairement que je n’ai pas parlé des autres organes dont la créations est tout aussi magnifique.

J’ai néanmoins abordé les organes des sens, puisque c’est grâce à eux que notre cerveau nous fait interagir avec notre environnement dont les autres humains.

Je vous ai brièvement expliqué à quoi ressemble un neurone. En effet, ce n’est pas une cellule ronde, comme les autres. Elle a plutôt une forme d’étoile filante ou d’un arbre avec d’un côté ses racines et de l’autre, ses branches.

Flickr.com

Le neurone communique avec les autres via des connexions que l’on appelle des synapses. Il y en a deux sortes:

  • les synapses chimiques qui utilise des neurotransmetteurs pour envoyer des messages aux cellules voisines et
  • les synapses électriques qui utilisent des variations de potentiels électriques. Ce système a le mérite d’être plus rapide et d’agir à distance.

Je vous parlais aussi du cœur qui est le premier organe à entrer en fonction. A combien de semaines, me demanderez-vous ?

A 21 jours, très précisément, alors qu’il n’est pas plus grand qu’une graine de pavot. Vous imaginez la miniature ? N’est-ce pas merveilleux ?

 

Je vous disais aussi que le cœur n’est pas qu’une simple pompe. C’est un organe hautement énergétique. Il émet des rayonnements électro-magnétiques 5000 fois plus puissants que le cerveau. Les chercheurs du Heartmath Institute ont mis en évidence que c’est au niveau du cœur que se produit l’intuition, cette habileté incroyable qui nous permet de savoir instantanément les choses. L’intuition ne se trompe jamais au contraire du mental qui ne peut analyser que ce qu’il connaît. Mais nous avons désappris à écouter notre intuition et c’est dommage car cela nous induit souvent en erreur.

Cela dit, notre cerveau est un véritable bijou d’horlogerie. Mais pour qu’il fonctionne juste, il faut qu’il soit dirigé par le cœur. Ce n’est pas le cerveau, notre chef d’orchestre malgré ce que nous avons cru pendant ces derniers siècles. Nous sommes juste en train de découvrir que c’est le cœur qui a ce rôle fondamental. Et notre cerveau, lui, a aussi un très beau rôle, c’est le premier violon de notre orchestre symphonique.

Lorsque les deux fonctionnent de concert, nous nous sentons bien dans notre peau et notre vie s’écoule harmonieusement.

Pour en revenir à notre cerveau, il est rudimentaire et encore très immature à notre naissance. Il ne pèse que 350 grammes. Il assure donc essentiellement les fonctions végétatives. Cette partie la plus profonde s’appelle le cerveau reptilien. Puis, tels des poupées russes, viendront progressivement se rajouter 2 autres cerveaux, tout d’abord l’émotionnel qui se nomme le système limbique, puis le néocortex qui demandera ensuite 25 ans pour être arrivé à pleine maturité. Mais tout ça, ce sera la suite de l’histoire!

Il y arrivera grâce à deux phénomènes qui se passent en simultané: la neuroplasticité et l’épigénétique.

La neuroplasticité correspond à un remodelage constant du cerveau par les processus de neurogenèse, de synaptogenèse et d’élagage de cellules que l’on appelle aussi l’apoptose.

Quand à l’épigénétique, elle reprogramme tous les jours, même tous les instants, notre code génétique en bloquant ou en stimulant l’expression des gènes déjà existants.

C’est passionnant tout ça, vous ne trouvez pas ?

Si vous avez aimé cet article,

pensez à le partager et à laisser un commentaire

Rejoignez-moi sur mon site www.corneliagauthier.com

ainsi que sur ma page facebook

www.facebook.com/raconte-moi-un-enfant

où je partage tous les jours l’une de mes citations préférées et illustrées par des artistes photographes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *