Webinaire Le Printemps de la vie pour futurs parents les 10 et 11 avril

Le 27 mars

Êtes-vous une future Maman ?
• Pensez-vous souvent à l’accouchement ?
• Recevez-vous des conseils contradictoires de la part de votre entourage ?
• Savez-vous que d’être un futur parent est extrêmement déstabilisant, et que souvent on n’ose pas en parler ?
• Souhaiteriez-vous trouver un moyen efficace de vous informer et qui ne prend 
pas tout votre temps ?

Comme vous le savez peut-être, les femmes enceintes ont souvent des
sentiments contradictoires qui oscillent entre la joie et les peurs. Elles
devraient être heureuses et voilà qu’elles ne le sont pas toujours.
Ambivalentes et culpabilisées, elles n’osent pas en parler.Fréquemment, elles sont rattrapées par de vieilles histoires non résolues de l’enfance qui font irruption dans leur quotidien.

Quant aux futurs papas, ils sont souvent dépassés par le côté
abstrait que la grossesse représente pour eux. Ils ont souvent de la peine à
trouver leur place.

Certains d’entre eux sont aussi démunis devant des peurs inexplicables, Quelque uns finissent même par disparaître.

La grossesse est une métamorphose, un voyage initiatique qui nous fait passer d’un monde à un autre. Il y a un AVANT et un APRES.

On est mieux préparé à vivre tout cela si on le connaît. La grossesse peut alors redevenir une fête pour les deux.

Il s’agit d’un concept UNIQUE, tout à fait novateur, qui se présente sous

forme d’un programme d’accompagnement de 22 courtes vidéos de 5-10
minutes. Elles passent en revue les différentes facettes de la grossesse, de
l’accouchement, et de l’après-naissance vu autant du côté parents que bébé.

En vous procurant ce programme, vous saurez tout ce dont vous avez besoin pour vivre une grossesse calme et merveilleuse et un bon départ dans votre nouveau rôle de maman.

Même après une journée de travail, vous intégrerez facilement toutes ces nouvelles informations à votre rythme. Vous aurez loisir de regarder les vidéos autant de fois que vous le désirez.

Pour en savoir plus

Inscrivez-vous  au

webinaire des 10 et 11 avril via ce lien

https://corneliagauthier.learnybox.com/inscription/

Le printemps de la vie : Le foetus dehors

le 24 mars

La citation du jour :

Etre touché, massé et caressé est une nourriture pour le nouveau-né, une nourriture aussi nécessaire que les vitamines, les protéines et les oligo-éléments Frédérique Leboyer

Le foetus dehors

J’ai découvert le concept du « foetus dehors » en lisant le merveilleux livre du Dr Philippe Grandsenne, pédiatre. Il nous explique que normalement, pour que le cerveau du bébé soit un peu outillé pour apprendre rapidement son nouveau monde, il faudrait qu’il reste trois mois supplémentaires dans le ventre de sa maman !

Vous l’aurez tout de suite compris, ce n’est pas possible, car sa tête serait alors bien trop grosse pour passer à travers l’étroit tunnel de la naissance.

La Nature a donc fait un compromis : faire sortir le bébé de son nid douillet 3 mois avant terme, en nous demandant de faire tout notre possible, pour lui garantir des conditions de vie qui ressemblent au mieux à ce dont il aurait encore besoin.

Mais c’est là que le bât blesse, car le foetus est subitement parachuté hors de son monde aquatique pour atterrir dans un monde terrestre qui lui semble hostile. Lire la suite…!

Le printemps de la vie : Les pleurs et les cris du bébé

Le 23 mars

La citation du jour :

 A l’ombre des bébés en pleurs, il y a des mamans en larmes.

Philippe Grandsenne

Le laissez pleurer ou le consoler ?

Le bébé va-t-il devenir capricieux ?

C’est la grande question qui se repose à chaque fois.

 Que faire pour le bébé ?

 La réponse est sans appel :

Il faut le secourir dès qu’il pleure

 et ne pas écouter tous les raisonnements et conseils de personnes « avisées » disant notamment qu’on va le rendre capricieux. C’est faux !

Une étude a démontré que lorsque sa maman lui répond dans les 90 secondes, le bébé se calme en 5 secondes. Mais si sa mère réagit au bout de 3 minutes (180 secondes), il lui faudra 50 secondes pour arrêter de pleurer. En résumé, pour avoir doublé (X 2)le temps de réponse, celui des cris aura décuplé (X 10)! Lire la suite…!

Le printemps de la vie : Redonner une place au papa

Le 22  mars

La citation du jour :

 Ce père, de plus en plus maternel, est une bonne nouvelle. Avec la nouvelle paternité, les pères « affirment une féminité dont souvent ils ignoraient jusqu’à l’existence. »

Elisabeth Badinter

Redonner une place au papa

Elle est bientôt révolue la période du père froid, distant, autoritaire tel mon père. Il méprisait les jeunes papas qui jouaient avec leurs enfants, en les comparant à des singes.

– Oh là là, Papa, que c’est violent tout ça ! De quelle négligence paternelle as-tu toi-même dû souffrir pour en arriver là ? Tu n’as pas été en mesure de faire mieux. Je te pardonne.

Et j’ai une bonne nouvelle pour toute la famille : le vent tourne. Tes petits-fils sont des pères tendres, attentionnés, sachant mettre des limites avec une douce fermeté. Et tes arrière-petits-enfants sont des enfants heureux et épanouis.

Tout le monde l’annonce depuis le milieu des années 1990, le nouveau père est arrivé. Lire la suite…!

Le printemps de la vie : Un petit lézard

le 21 mars

La citation du jour :

« À votre naissance, vous avez pleuré, et le monde s’est réjoui. Vivez votre vie de telle manière qu’à votre mort, le monde pleure et que vous vous réjouissiez. »

Proverbe cherokee

Petit lézard

Revenons au petit cerveau encore immature de notre petit bébé qui va devoir apprendre tout ce grand monde autour de lui. Il s’y sent complètement étranger car il a perdu tous ses repères aquatiques.

Il était un petit poisson et voilà que la vie fait de lui un lézard !

Pourquoi dis-je cela ?

Eh bien, d’abord, symboliquement, c’est le petit animal qui, il y a qq milliards d’années, est sorti de l’eau et a changé son monde aquatique pour le terrestre, comme notre petit nouveau-né.

Et puis, comme le lézard, notre nouveau-né a encore un  fonctionnement avant tout reptilien. Il dort beaucoup et se réveille pour manger. Il comme le lézard, il n’a pas encore vraiment d’émotions,

RENCONTRE par Sebastien Lauwens Flickr.com

sauf beaucoup de peurs, car il ne comprend pas ce nouveau monde. Alors, il pleure. Et il pleure encore, beaucoup, beaucoup trop pour nos oreilles. Lire la suite…!

Le printemps de la vie : Le protoregard

Le 20 mars

La citation du jour :

Le protoregard nous plonge subitement dans une très forte émotion et son intensité touche au mystère, voire à la spiritualité. C’est un regard fondateur, c’est pourquoi nous l’appelons le protoregard. Dr Marc Pillot

Le protoregard

Exceptionnellement, je prête ma plume au Dr Marc Pillot dont je publie ci-dessous quelques extraits de son magnifique texte :

Le préfixe grec « protos » signifiant « premier ». Ce regard est différent de tous ceux qui suivront, des regards d’attention, d’observation, d’étonnement. Aucun n’aura la puissance de celui des premières minutescommencent les liens. Le nouveau-né vient d’un autre monde. Il vit dans un état de globalité, de plénitude où tout est assuré.

Premier regard -Nat Pallotovitch -Flickr.com

Avant de naître, le fœtus s’est déjà imprégné de son univers. Lire la suite…!

Le printemps de la vie: L’accouchement, expérience initiatique

Le 19 mars

L’accouchement est souvent vu et même vécu comme une expérience extrêmement traumatisante en raison des très fortes douleurs que cela occasionne, mais aussi à cause toutes les morts en couches de nos ancêtres.

Certaines personnes ont alors mis au profit des femmes tout leur savoir et leur expérience : ce sont les sages-femmes.

Plus tard, un certains nombres de médecins sont venus y apporter un autre éclairage et d’autres compétences. Ce sont les obstétriciens.

Grâce à eux tous,de nos jours, il y a heureusement beaucoup moins de catastrophes, autant chez les mères que chez les bébés. C’est un immense progrès. Merci à toutes et à tous !

Une nouvelle approche

Ces dernières années, de plus en plus de femmes souhaitent revenir à des méthodes plus naturelles. C’est ainsi que certaines choisissent d’accoucher dans l’eau, d’autres dans des maisons de naissance et d’autres encore, à domicile.

il va sans dire que toute grossesse compliquée devrait se dérouler dans un hôpital !

Mais pour les autres situations, normales ( plus de 80 %), le choix devrait revenir avant tout aux parents après avoir reçu toutes les informations nécessaires de la part des professionnels.

Il va sans dire que pour la plupart de ces futurs parents qui ont choisi un accouchement non conventionnel, ils subissent beaucoup de pression de leur entourage qui a peur.

Je vous propose pour cette fois de remplacer mes écrits par une vidéo. Il s’agit de l’interview de Lilou Macé que beaucoup d’entre vous connaissent,  qui depuis plus de 15 ans évolue quotidiennement dans le développement personnel et spirituel.

Pendant toutes ces années, elle a interviewé des milliers de personnes sur énormément de sujets différents, mais complémentaires.

Enceinte de 7 mois à 41 ans, elle a eu tout le temps de se documenter à fond sur l’accouchement qu’elle décrit comme une expérience initiatique. Elle et son mari ont donc choisi de vivre cette expérience  dans l’intimité de leur demeure.

Voici son témoignage :

Retrouvez-moi sur mon site

http://www.corneliagauthier.com

et inscrivez-vous à ma Newsletter

https://www.corneliagauthier.com/fr/newsletweb/

Le printemps de la vie : Une naissance traumatique

Le 18 mars

La citation du jour :

La naissance ne doit plus être considérée comme l’origine absolue de la vie, mais comme un tournant qui a commencé des mois plus tôt.

Jean-Pierre Relier

Une naissance traumatique

Lorsque l’utérus se contracte très fortement pour l’expulsion nécessaire, la tête du bébé est soumise à une très grosse pression. Heureusement la nature a tout prévu. Cette tête est encore compressible et malléable, car la boîte crânienne consiste en une matrice de plusieurs îlots d’os incomplètement développés, qui, à l’instar de la banquise, flotte sur l’océan de nos méninges.

 Aurélien Pottier-Flickr.com

 Par la suite, ces os vont se rencontrer sous l’effet de leur croissance centrifuge pour s’accoler et finalement fusionner pour se suturer. Les espaces entre eux s’appellent les fontanelles.

Lire la suite…!

Le printemps de la vie : L’haptonomie

Le 17 mars

La citation du jour :

« L’homme ne fait pas partie du monde en tant qu’objet, mais il participe intentionnellement au monde ».

Franz Veldman

Haptonomie

L’haptonomie est une méthode thérapeutique par le toucher utilisée dans de nombreux domaines, mais elle est avant tout un formidable outil de préparation à la naissance, autant pour le bébé que pour ses parents.

La méthode consiste à créer des liens affectifs de bonne qualité, entre l’enfant et ses parents, par l’intermédiaire du toucher.

Mais ces contacts sont probablement aussi la concrétisation de liens plus subtils. Car, c’est incroyable ! vous vous rendez compte ? Les séances d’haptonomie prénatale peuvent déjà débuter autour du 4ème mois de gestation pour accompagner la triade parents-bébé jusqu’à la naissance.

Lire la suite…!

Le printemps de la vie : l’épigénétique

Le 16 mars

Dans les articles précédents nous avons passé en revue ce qui est à l’origine de la neuroplasticité dont le fonctionnement des neurones et les émotions du cœur, mais il est aussi important de s’arrêter sur ce phénomène extraordinaire qu’est l’épigénétique. Ce terme décrit le fait que l’expression de notre code génétique est sans cesse revue au gré de nos expériences. Cela est vrai autant pour les enfants que pour les adultes.

La citation du jour :

 « Si l’on imagine que les gènes sont les danseurs et le noyau de la cellule la scène, on peut dire que l’épigénétique est la chorégraphie. Les gènes peuvent alors interpréter « Le lac des cygnes » dans les cellules hépatiques, « La belle au bois dormant » dans les cellules nerveuses et peut-être même « L’oiseau de feu» dans les cellules musculaires.»

Geneviève Almouzni

Quelle est la différence entre la génétique et l’épigénétique ?

Thomas Jenuwein, Directeur de l’Institut Max Planck de Freiburg, illustre élégamment ce phénomène de la façon suivante :

« On peut sans doute comparer la distinction entre la génétique et l’épigénétique, à la différence entre lécriture dun livre et sa lecture. Une fois que le livre est écrit, le texte ( les gènes ou l’information stockée sous forme d’ADN) seront les mêmes dans tous les exemplaires distribués au public ».

astrid@rouen-Flickr.com

 Cependant, chaque lecteur d’un livre donné, aura une interprétation légèrement différente de l’histoire, ce qui suscitera en lui des émotions et des projections personnelles au fil des chapitres. »

Lire la suite…!