Les grossesses multiples no 4: Les jumeaux monozygotes

Blog pour futurs et nouveaux parents

Dans l’article précédent, nous avons vu le cas des jumeaux dizygotes ( 7-11 cas sur 1000 naissances) qu’on appelle aussi les faux jumeaux. 

Ici, nous allons nous pencher sur les vrais jumeaux, ceux que l’on désigne aussi sous le terme de monozygotes ( 3-4 cas sur 1000 naissances). Mais nous allons vite nous apercevoir que même là, il y a des variations en la matière !

C’est un peu technique, mais répondra aux questions que se posent les familles et les enfants qui sont personnellement concernés par ces situations. Pensez à leur faire suivre cet articles si vous en connaissez.

Le plus doux des amours est l’amour qui unit deux frères.

Ménandre

Les jumeaux monozygotes

Lors de la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde, il se forme donc un œuf, appelé zygote. Mais, il arrive parfois que cet œuf se divise en deux, sans que l’on sache pourquoi et à quel moment exactement.

Double yolk egg

Ce qui est certain, c’est que cette division se fait avant le 15ème jour qui suit la fécondation.

C’est ce processus de division supplémentaire qui sera à l’origine des jumeaux monozygotes, encore appelés vrais jumeaux. Ces derniers ont un patrimoine génétique totalement identique et ils se ressemblent donc comme… deux gouttes d’eau. Les grossesses monozygotes correspondent donc à un ovule fécondé dédoublé.

C’est la première échographie qui posera le diagnostic de grossesse gémellaire puisque l’on découvrira deux embryons avec deux petits cœurs qui battent de concert.

Ensuite, cet examen nous permettra de savoir de quelle nature est la grossesse. Est-elle d’origine dizygote ( 2 oeufs différents) ou monozygote ( un oeuf partagé en deux) ?

Pour répondre à cela, on observera s’il y a un ou deux placentas. On décrit ces grossesses comme étant  monochoriale lorsqu’il n’y a qu’un seul placenta ou bichoriale  s’il y en a deux (le chorion étant le tissu qui génère ensuite le placenta). On regardera aussi s’il y a une ou deux poches amniotiques .

Dans le cas des grossesses dizygotes où il y a deux fœtus totalement différents et bien séparés, on trouvera bien évidemment deux placentas et deux poches amniotiques individuels. Ces grossesses gémellaires dizygotes seront donc bichoriales et biamniotiques.

Jumeauxandco

Le clivage des monozygotes

Dans le cas de grossesses monozygotes, cela se complique et dépendra de la date de ce clivage supplémentaire déjà décrit :

  • Clivage avant 4 jours : grossesse bichoriale (2 placentas), biaminotique (2 poches amniotiques). Cela correspond à un tiers des grossesses monozygotes.
  • Clivage entre 4 et 8 jours : grossesse monochoriale (1 placenta pour les deux fœtus), biamniotique (2 poches amniotiques). Ces grossesses représentent deux tiers des grossesses monozygotes.
  • Clivage entre 8 et 13 jours : grossesse monochoriale (1 placenta) et  mono-amniotique (1 poche amniotique). La grossesse mono-amniotique est exceptionnelle (moins de 1 % des grossesses monozygotes).

Des jumeaux et des mots

  • Clivage après 13 jours : les jumeaux sont conjoints, ce qui correspond à 1 sur 100 000 grossesses. Cela signifie que les jumeaux sont siamois, restés reliés accidentellement par un endroit de leur corps. Il s’agit donc d’un accident de séparation zygotique. Le plus souvent, le diagnostic échographique de jumeaux fusionnés conduit à l’interruption de grossesse.

80 % des grossesses gémellaire sont bichoriales et seules 20 % sont  monochoriales. Ces dernières (un seul placenta pour les deux) représentent des grossesses à très hauts risques de complications fœtales : retard de croissance intra-utérin, mort in utero, complications lors de l’accouchement. Elles sont donc très étroitement surveillées.

Des situations complexes

Lorsqu’une grossesse gémellaire est monozygote et monochoriale, elle ne compte donc qu’un seul placenta pour deux bébés. Cela posera souvent le problème d’une perfusion sanguine  des embryons non équitable,  selon les endroits du placenta où seront implantés les cordons ombilicaux respectifs des fœtus ou, s’il existe des anastomoses (sortes de ponts) vasculaires.

Lorsqu’il y a un déséquilibre, on nomme ce problème « transfuseur-transfusé ». La partie du placenta du fœtus transfuseur dévie une part du sang qui lui est dévolu vers l’autre. Ce fœtus-là devient donc anémique et hypotrophique suite au manque chronique d’alimentation et d’oxygénation.

A sa naissance, ce nouveau-né présentera un important retard de croissance, ce qui risque de mettre sa vie en danger.

wikipedia.org

 Par contre, l’autre bébé, transfusé à l’excès, deviendra bien dodu et pléthorique, mais sera à risque de développer une insuffisance cardiaque.

Ces grossesses bifoetales et monochoriales sont donc sous haute surveillance médicale, et nécessitent une échographie pratiquée toutes les deux semaines ou même une hebdomadaire.

Si la différence de poids et de développement devient trop grande, on déclenchera l’accouchement prématurément. A ce jour, dans quelques centres médicaux extrêmement spécialisés, on peut supprimer ces vaisseaux d’anastomose par laser, s’ils existent.

Mais ces interventions in utero ne sont pas des opérations de routine l’instant pas, car elles sont très difficiles à réaliser. Elles comportent en elles-mêmes de très gros risques pour les enfants comme pour la maman, notamment des risques hémorragiques ou infectieux.

https://destinationsante.com/operer-in-utero-le-defi-du-xxie-siecle.html

Professeur Yves Ville

L’accouchement

Ces situations sont évidemment aussi à risques pour l’accouchement, dans la mesure où une partie du placenta pourrait se détacher lors de la naissance du premier bébé.

L’accouchement de jumeaux se complique parfois aussi, en raison de la malposition du deuxième bébé, s’il se présente par le siège ou s’il est carrément positionné de manière transverse dans l’utérus. Les obstétriciens tentent alors de mettre ce deuxième bébé en bonne position par une manœuvre que l’on appelle une « version ». S’ils n’y arrivent pas, on fera une césarienne en urgence.

Dans les cas de grossesses gémellaires bichoriales normales, un accouchement par voie basse peut tout à fait être proposé. Les naissances se suivent alors avec un espace de quelques minutes seulement. Le chemin est déjà fait par le premier bébé.

Néanmoins, pour plus de sécurité, la césarienne est souvent préférée par les médecins et par les parents aussi. Elle est alors prévue à l’avance. Dans plus de 50% des cas de grossesse gémellaire, la naissance se fait par césarienne. Elle devient une intervention de principe pour les cas de grossesses multiples (3-4-5-6 bébés) où les risques s’additionnent.

Dans ces situations-là, ces naissances doivent absolument être prévues à une date précise, car il faudra que le personnel soignant soit présent en suffisance.  Il faudra prévoir en tout cas, un pédiatre et une sage-femme par bébé !

Le progrès.fr

Dans la mesure où l’espèce humaine est faite pour porter un seul bébé à la fois, à la fin du 2ème trimestre, les fœtus manquent souvent de place pour bien se développer. En plus, les parois de l’utérus qui doivent se distendre de manière excessive, vont générer des contractions précoces.

forum jumeaux et plus

Un terme de gestation à 8 mois à la place de 9

Cette réalité explique pourquoi on estime que le terme des jumeaux est à 8 mois plutôt qu’à 9.

Les principaux problèmes des grossesses multiples sont la prématurité et les retards de croissance. 45% des jumeaux naissent prématurément, autour 8 mois, ce qui ne représente pas une grande prématurité. Les bébés sont tout à fait viables et présentent peu de complications.

Par contre, 10% naissent au 7ème mois et 3% même avant. Ce sont évidemment des bébés en difficultés qui nécessiteront des soins et des couveuses spécifiques aux grands prématurés.

N’oublions pas que les violences conjugales sont aussi une source de naissance prématurée, même dans les cas de grossesse monofoetale.

Ce terme sera abordé dans un prochain article.

Ce texte est tiré de mes deux livres

Accueillir mon bébé avec douceur et bonheur

https://www.corneliagauthier.com/fr/ouvrages/

Si vous avez aimé cet article, pensez à le partager avec vos amis

et à laisser un commentaire.

Retrouvez-moi sur mon site www.corneliagauthier.com

et inscrivez-vous à ma Newsletter

recherches utilisées pour trouver cet article:grossesse gémellaire biamniotique monochoriale, grossesse gemellaire les 2 coeurs battent, grossesse monochoriale biamniotique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *