Récapitulatif des mes articles de l’été 2018 no 2

Récapitulatif des 21 articles de l’été 2018

No 2

Voici la suite du récapitulatif des articles de l’été 2018 sur mon blog

  • Pour en revenir à notre pédiatre adoré dont je vous ai déjà parlé, le Dr Philippe Grandsenne, il décrit la période du « fœtus dehors » comme étant d’une durée de 100 jours. C’est le temps nécessaire avant de pouvoir enfin rencontrer le bébé idéal dont nous avions rêvé, celui de trois mois qui nous sourit tout plein! C’est important de connaître ce délai de 100 jours. Cela nous permet de patienter et de moins subir ces nuisances sonores. Vous trouverez tout ça dans mon article du 10 juillet.

  • Puis, dans mon article du 30 juillet, je vous ai expliqué pourquoi

il ne faut pas laisser pleurer les bébés

car cela les stresse énormément et va donc les aggraver.


En effet,  le système nerveux végétatif comprend deux systèmes opposés et complémentaires:

  1. le système parasympathique ( celui qui calme )
  2. le système sympathique ( celui qui excite)

Or, chez le bébé, le parasympathique n’est pas encore fonctionnel. Le bébé n’a donc pas la possibilité de se calmer par lui-même. Il a besoin de notre système parasympathique pour ça.

  • Dans ce même article, nous avons aussi abordé la problématique de l’alimentation ( quantités et horaires) qui devient fréquemment une source de conflits.
  • Les mois d’août et septembre ont été consacrés à la parentalité.

  • Comprendre la différence entre maternité/paternité et maternalité/paternalité.

Le premier concept, maternité et paternité, est un état de fait. Qu’on le veuille ou non, lorsqu’on donne vie à un enfant, on devient une génitrice ou un géniteur. Dans notre société, nous les dénommons père et mère.

Par contre, la maternalité et paternalité sont un processus qui prend du temps. Il s’agit de passer de fille/fils de… à mère/ père de…

Ce processus replonge le futur parent dans sa propre enfance, en le faisant revivre certains événements marquants, positifs ou négatifs. Les futurs et nouveaux parents sont obligatoirement confrontés à leur relation avec leurs parents, essentiellement celui du même sexe.

Selon leur vécu d’enfants, ces nouvelles mamans et nouveaux papas pourront se développer pour atteindre leur nouveau rôle harmonieusement. Mais il arrive, hélas, des situations où cela ne se produit pas ou même d’autres, où le parent va devenir toxique pour son enfant.

La meilleure prévention d’accidents et de violences est la diffusion de l’information. C’est, entre autre, l’objectif de ce blog. Il se vent donc avant tout préventif.

Il est très important que les futurs parents soient avertis des éventuels écueils et qu’ils demandent de l’aide à des professionnels s’ils n’y arrivent pas par eux-mêmes.  Pour ceux qui sont vraiment réfractaires à cette perspective, nous avons aujourd’hui la chance d’accéder à de nombreux blogs et forums. Il ne faut donc pas s’en priver.

Durant les prochaines semaines, nous passerons en revue des cas particuliers comme les grossesses gémellaires ou naissance d’enfants handicapés, les famille monoparentales ou homoparentales ou la perte d’un enfant.

Nous parlerons aussi des violences conjugales qui, étonnamment, commencent souvent pendant la grossesse.

Il s’agit donc d’une nouvelle étape. Ce sont des sujets difficiles qui nécessitent cependant d’être traités également, afin que les personnes qui y sont confrontées sachent qu’elles ne sont pas seules et que des solutions existent.

Ces articles sont tirés de mes deux livres

Accueillir mon bébé avec douceur et bonheur

https://www.corneliagauthier.com/fr/ouvrages/

Si vous avez aimé cet article, pensez à le partager avec vos amis

et à laisser un commentaire.

Retrouvez-moi sur mon blog www.corneliagauthier.com

et inscrivez-vous à ma Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *