Le printemps de la vie: La synaptogenèse

Le 5 mars

La citation du jour :

 « Voyez-vous dans la vie, il n’y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer, et les solutions les suivent. » 

Antoine de Saint Exupéry

La synaptogenèse

-Alors, cette synaptogenèse ? En quoi est-elle différente de la neurogenèse ? c’est un peu du chinois tout ça.

-Oh, ben non, ce n’est pas sorcier : la neurogenèse, c’est la création de nouveaux neurones et la synaptogenèse, la création de nouvelles synapses. CQFD !

-?

-OK, le mot synapse signifie connexions. Il vient du grec syn « ensemble» et haptein « toucher, saisir ». On aime bien toujours mettre un peu de latin et de grec en anatomie et en médecine, tout court.

Synapses par Linda, flyckr.com

Alors voilà : les dendrites du neurone ont la capacité de répondre à une stimulation, en créant des nouvelles connexions, de plus en plus nombreuses, au fur et à mesure des répétitions. C’est bien ce que je disais, il y a quelques jours, nous apprenons tout par répétitions.

Et c’est ainsi que le cerveau va se spécialiser, dans n’importe quel domaine, d’ailleurs. Que ce soit celui des langues, de la marche ou de la natation, de la musique, des compétences relationnelles ou des violences !

Le cerveau ne peut pas faire la différence. Il crée des synapses là où il y a de la stimulation.

Neural Stimulation par Gabe and Amanda Phoenix

 Alors, tout simplement, à la place de l’appeler la connexiogenèse, on lui a donné ce nom très savant de synaptogenèse, soit parce que ça fait plus sérieux, ou plus joli.

La synapse

Lorsqu’il y a un influx nerveux, il est  conduit, via l’axone, jusqu’aux terminaisons du neurone où se trouvent des milliers de petites expansions, les dendrites, sur lesquelles se trouvent les synapses. Ces dernières sont des espaces d’échanges entre deux neurones.

Par l’intermédiaire de ces milliers de connexions entre les neurones, les dendrites multiples d’un seul neurone sont autant de portes d’entrées,

 huahine2008-Flickr

permettant de recevoir de nombreuses informations sous forme d’influx nerveux provenant des cellules voisines.

Il existe de 1 à plus de 100 000 synapses par neurone (en moyenne, il y en a environ 10 000 ! ). Vous vous rendez compte de ce que ça représente dans un monde aussi microscopique ?

Bien qu’elles commencent déjà à apparaître par-ci par-là entre la 6ème et la 8ème semaine de gestation, le nombre de synapses va littéralement exploser à partir de la 20ème semaine et maintenir ce rythme effréné jusque vers l’âge de 5-7 ans.

La synaptogenèse ralentit ensuite son rythme, pour diminuer fortement après l’adolescence. On l’observe, par exemple, avec l’apprentissage des langues qui est très facile dans les premières années de l’enfance, puis de  plus en plus difficile au fur et à mesure que l’on vieillit.

Mais elle se maintiendra cependant active pendant toute la vie, ce qui explique entre autre, que le phénomène de la neuroplasticité continue de remodeler notre cerveau de jour en jour et d’heure en heure. Par exemple, votre cerveau vient de créer ou de renforcer certaines de vos synapses entre le début de la lecture de cet article et juste maintenant. Pendant ces 2 minutes, se sont donc passé des phénomènes de neuroplasticité et v0tre cerveau est différent d’avant.

Les neurones, via leurs synapses, se parlent en échangeant des produits chimiques qu’on appelle les neurotransmetteurs.

Tout cela est décrit en détails dans mon livre

Demain, je vous parlerai de l’axone. 

Voici le livre proposé :

Introduction aux réseaux neuronaux : De la synapse à la psyché 
de Armand Savioz (Auteur), Geneviève Leuba  (Auteur), PhilippeVallet  (Auteur), & 2 plus

Retrouvez-moi sur mon site

http://www.corneliagauthier.com

et inscrivez-vous à ma Newsletter

https://www.corneliagauthier.com/fr/newsletweb/

Le printemps de la vie : Les neurones

Le 4 mars

« En ce qui concerne la matière, nous avons eu tout faux. Ce que nous avons appelé la matière est en réalité une énergie dont la vibration a été ainsi réduite à être perceptible par les sens. Tous les êtres de matière vibrent à des taux spécifiques. La nature musicale de la matière nucléaire des atomes aux galaxies est maintenant enfin reconnue par la science. » Einstein

Les neurones

Hier, je vous parlais de la maturation du cerveau. Qu’est-ce que ça veut dire, au juste ?

Remettons-nous dans le contexte :

  • Lorsque nous venons au monde, notre cerveau ne pèse que 350 grammes. Il devra encore accumuler de la masse intelligente pour peser presque 1,5 kilo à l’âge adulte.

Il faut donc qu’il continue, voir qu’il amplifie ce qu’il a déjà appris à faire, in utero, par une incroyable magie de la vie, celle de fabriquer des neurones.

Servier Medical Art

-Des quoi ?

-Des neurones, les cellules spécialisées du cerveau qui se différentient totalement des autres cellules du corps.

En effet, pour la plupart, elles sont rondes et ressemblent à des œufs miniatures, avec leur membrane qui enveloppe une masse gélatineuse, dans laquelle se trouve une structure plus dense au milieu, le jaune d’oeuf, ou le noyau cellulaire.

La cellule nerveuse, elle, a cru bon de se distinguer et elle a eu bien raison : elle s’est déguisée en étoile filante :

  • ­Sa forme ronde s’est transformée, tel un oursin, en une petite boule recouverte de petites épines, les dendrites, qui sont autant d’expansions. Ceci lui permet d’en augmenter la surface et ainsi, de communiquer avec ses copines d’à côté. Son prénom est Neurone.

Mais ces petites étoiles ont un long prolongement qui peut s’étendre sur plus d’un mètre, pour certaines d’entre elles, c’est ce qui les fait ressembler à une étoile filante. Son deuxième prénom est Axone.

On peut aussi comparer les neurones à un arbre avec leur axone faisant office de tronc, avec ses divisons terminales figurant les racines, et à l’autre extrémité, leurs multiples dendrites (environ 7000 pour chacun) dessinant une arborescence de branches et de rameaux.

Déjà pendant la période foetale,  des milliards de neurones se produiront grâce à ce fabuleux processus qu’est la neurogenèse.

Matière grise

La matière grise représente l’ensemble des corps cellulaires des neurones. Les neurones sont essentiellement produits à partir de la 6ème jusqu’à la 18ème semaine in utero.

Avec sa cousine, la cellule cardiaque, ce sont les seules cellules du corps qui sont électriquement  excitables.

Émetteurs récepteurs

Telle une tour de contrôle, les neurones représentent un réseau de cellules spécialisées qui perçoivent les informations en provenance des milieux intérieurs et extérieurs du corps.

Via des récepteurs sensoriels ( disséminés dans les organes des sens), ils les décodent pour y apporter ensuite une réponse appropriée de l’organisme.

Les neurones sont spécialisés dans la communication de proximité avec d’autres cellules de même type. La perception des messages se fait via les récepteurs qui se trouvent à la surface de leurs membranes, qui leur permettent d’ intégrer, puis d’ interpréter ces messages. Par la suite, les neurones déclencheront une réaction adaptée de l’organisme en transmettant des informations aux effecteurs dont les principaux sont les muscles, les organes internes et les glandes.

Les neurones sont dotés de deux propriétés physiologiques électriques : l’excitabilité et la conductivité. Ils ont une troisième particularité qui est celle de produire des molécules chimiques de transmission que l’on appelle les neurotransmetteurs.

Les axones (prolongement) se dirigent du haut vers le bas du cerveau. Certains d’entre eux traversent le tronc cérébral ( cerveau reptilien). Après une synapse (connexion) dans la moelle épinière, les plus longs se prolongent jusque dans le pied ! Les axones font ainsi des neurones les cellules les plus longues du corps humain, puisque certains d’entre eux peuvent ainsi mesurer plus d’un mètre !

Marco Solo-Flickr.com

A l’instar des racines d’un arbre, l’axone se termine par plusieurs subdivisions terminales qui augmentent ainsi le nombre de lieux d’échanges avec d’autres neurones. Le signal électrique transmis par l’axone est constitué de potentiels d’action successifs. L’axone représente la partie émettrice du neurone au contraire des dendrites qui en sont la partie réceptrice.

Ces nombreuses petites expansions dendritiques ont pour fonction de recueillir des informations. Elles reçoivent des signaux électriques via d’autres cellules qui peuvent inhiber ou activer le neurone. L’influx nerveux est ensuite conduit via l’axone jusqu’aux terminaisons où se trouvent des milliers de synapses, lesquelles vont se charger de transmettre les informations chimiquement à d’autres cellules. Par l’intermédiaire de ces milliers de connexions entre les neurones, les dendrites multiples d’un seul neurone sont autant de portes d’entrées permettant de recevoir de nombreuses informations sous forme d’influx nerveux provenant des cellules voisines. Les seuils de ces portes sont les synapses. Il existe de 1 à plus de 100 000 synapses par neurone (en moyenne, il y en a environ 10 000 !). Les neurones sont les cellules championnes de la connectivité et de l’interdépendance.

Voilà tout ce qui commence déjà dans les premières semaines de la gestation et qui nécessitera 25 ans pour faire un cerveau adulte.

Tout cela expliqué en détails dans mon livre:

Je vous retrouve demain pour la synaptogenèse et la neuroplasticité.

Retrouvez-moi sur mon site

http://www.corneliagauthier.com

et inscrivez-vous à ma Newsletter

https://www.corneliagauthier.com/fr/newsletweb/

 

 

Le printemps de la vie : Qui aime bien, châtie bien ?

Le 3 mars

Avant de plonger dans ce monde du tout petit, j’aimerais juste encore vous expliquer ma démarche qui est celle de la prévention de la violence dans l’éducation.

Pour élever nos enfants avec douceur et bienveillance, il faut avoir quelques connaissances de base sur le développement global de l’enfant. Ce sera le sujet des articles suivants.

Il faut aussi se poser quelques questions fondamentales, comme celle énoncée dans le titre ci-dessus.

Evidemment, je n’ai pas la prétention de répondre à une question aussi importante avec ce petit bout d’article. Il existe plusieurs formations que j’ai élaborées sur l’éducation et dont je vous parlerai une autre fois.

Alors, revenons à cette question:

« Qui aime bien, châtie bien »

La Bible

Qui aime bien châtie bien ?

Cette phrase devenue si célèbre se trouve dans la Bible, dans le livre des Proverbes.

Je me suis permise d’y ajouter un point d’interrogation.

En effet, il y a beaucoup de dureté envers les enfants dans la Bible, particulièrement dans le livre des Proverbes, et nous en sommes encore imprégnés.

Pourtant, Jésus est venu donner une toute autre attitude face aux enfants, celle de la bienveillance.

www.IDS.org

« Laissez venir à moi les petits enfants, car le Royaume de Dieu leur appartient », disait-il.

Alors, lorsque nous sommes dans la bienveillance, avons-nous vraiment envie de punir nos enfants ?

Ne vaudrait-il pas mieux se poser la question du pourquoi ils ont fait des « bêtises » ? N’avaient-ils pas compris l’interdiction, l’avaient-ils oubliée ?

« Il faut tout le temps tout leur répéter !» se plaignent certains adultes.

OUI, c’est vrai. Il faut toujours tout leur répéter. C’est comme ça !

L’enfant (et nous aussi, par la même occasion), n’apprenons que par la répétition, car le cerveau est une passoire ! Saviez-vous que le cerveau est programmé pour oublier ?

A quoi sert-il, alors ? me demanderez-vous.

Il n’est pas fait pour stocker de l’information. Son rôle est celui, de comprendre, de réfléchir, d’analyser, et aussi d’anticiper. C’est déjà bien, non ?

Pic Seb, Flickr.com

Ah oui, je devais vous dire combien de temps il faut pour qu’un cerveau devienne mature ?

Il faut…25 ans !

Faites le calcul lorsque votre enfant de 3 ans fait une « bêtise ».

Il lui reste 22 ans à maturer son cerveau !

Alors soyons un peu plus tolérant.

Demain nous parlerons de cette maturation, d’accord ?

Voici le livre proposé :

L’Autorité sans fessées 
de Dr Edwige ANTIER

Retrouvez-moi sur mon site

 http://www.corneliagauthier.com

et inscrivez-vous à ma Newsletter

https://www.corneliagauthier.com/fr/newsletweb/

Le printemps de la vie: faut-il punir les enfants ?

Le 2 mars

Vous serez peut-être étonnés de trouver le sujet de l’éducation dans ces infos sur le tout début de la vie.

Vous avez raison! Cela peut paraître bizarre.

Mais cela ne l’est pas. C’est une introduction à un questionnement profond: qu’est-ce vraiment que le cerveau et que peut-on lui demander selon son âge?

Dans les articles suivants, nous passerons donc en revue ce tout début de la vie qui nous permettra de comprendre que la maturation d’un enfant est un processus qu’il convient de respecter avec douceur et bienveillance.

L’homme est une victime du conditionnement des âmes, des sanctions et des permissions.

Charlie Chaplin

Faut-il punir les enfants ?

C’est la grande question !

Plutôt que de répondre affirmativement ou négativement à ce questionnement, je vous propose que nous réfléchissions ensemble à ce qui se joue entre l’adulte et l’enfant, lorsqu’une punition s’immisce entre eux.

Oui, j’ai bien dit, simmisce.

La punition crée une rupture relationnelle temporaire, mais qui peut devenir de plus en plus importante, au fur et à mesure que les punitions s’additionnent.

L’enfant a donc fait quelque chose que l’adulte désapprouve et ce qui l’induis à le punir.

Mais la première question qu’il faut se poser est la suivante :

« Est-ce que j’avais dit à l’enfant qu’il ne devait pas faire cette chose ? »

Si la réponse est non, il faut se rappeler que personne n’est censé savoir une chose avant qu’on l’en ait informé.

Les adultes partent souvent du principe que si eux savent les choses, les enfants doivent obligatoirement le savoir.

Mais ce n’est neurologiquement pas possible. Le cerveau de l’enfant est encore immature. En plus, il n’a pas encore eu le temps d’engranger toutes les choses qu’il faut savoir dans la vie.

Savez-vous combien de temps il faut à un cerveau pour être devenir adulte ?

Le cerveau de Rosalinda

Nous continuerons cette réflexion demain et c’est promis, vous aurez la réponse.

A bientôt, Cornelia

En attendant, voici le livre proposé:

Retrouver moi sur  mon site

http://www.corneliagauthier.com

et inscrivez-vous à ma Newsletter

https://www.corneliagauthier.com/fr/newsletweb/

Le printemps de la vie : nouveau théorème

Le 1er mars

L’homme n’est jamais aussi grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant.

Pythagore

Un nouveau théorème ?

L’homme du théorème de Pythagore a tout compris. Il me semble que cette phrase pourrait elle-même aussi représenter un théorème, vous ne pensez-pas ?

Se mettre à la hauteur de l’enfant, cela change tout. Il s’établit un vrai dialogue.

Qu’est-ce qu’un théorème ?

C’est une affirmation mathématique qui peut être démontrée, établie comme vraie, au travers d’un raisonnement logique.

Apparemment, M. Pythagore ne faisait pas que des maths.

Comme M. Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, M. Pythagore faisait de la psychologie à son insu.

Savez-vous que tous les fonctionnements du psychisme sont calqués sur les modèles mathématiques ?

Je vous donne, pour exemple, la phrase :« Qui n’avance pas recule ». En psychologie, cela se vérifie constamment. Lorsqu’un patient ne va pas bien, qu’il déprime et que nous réfléchissons ensemble à son problème, je ne lui dis jamais « Qu’est-ce que vous avez fait ? », mais plutôt « Qu’est-ce que vous n’avez pas fait ». C’est mathématique !

Observez cela dans votre propre vie et vous verrez.

Nous n’avons donc pas à subir un destin. Nous sommes les créateurs de notre présent et de notre futur. Nous avons un énorme pouvoir et nous l’oublions souvent.

Voici le livre du jour :

Une vie en mouvement : Une danseuse étoile inattendue Broché – 12 mai 2016, de Misty Copeland

Alors, mon conseil du jour, c’est mettez-vous en action.

Vous verrez comme tout va rapidement mieux. A demain

Retrouvez-moi sur mon site http://www.corneliagauthier.com

et inscrivez-vous à ma Newsletter

https://www.corneliagauthier.com/fr/newsletweb/